12/11/2020 14:00 - 17:00

Benjamin ou le mémoire d’un puceau, M. Deville (1967)

Rire, sourire ou avoir peur? Comédies et films noirs

Avec la collaboration du Professeur André Baldous, Professeur Emérite de la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence, le Centre Cormier vous invite à découvrir les séances de cinéma sur le thème : « Rire, sourire ou avoir peur? Comédies et films noirs ». Au programme, des projections commentées et des discussions sur les films et les sujets évoqués.

 

A la question de savoir pour quelles raisons les américains se précipitaient-ils dans les salles de cinéma, le réalisateur Frank Capra aurait répondu : parce qu’« ils ont besoin de se distraire en riant et qu’ils adorent aussi se faire peur »… La France n’a pas échappé à ce schéma. De fait, parmi la douzaine de genres cinématographiques proposés au public, deux l’emportent largement : le comique et « le film noir »

 

Mais il existe à l’écran bien des façons de faire rire : du très gros rire, gesticulations à l’appui (tartes à la crème comprises) en transitant heureusement par l’humour critique d’un Jerry Lewis (« Doctor Jerry et Mister Love ») ou celui plus inquiet du new yorkais Woody Allen (« Manhattan ») … Même large éventail dans le comique français : des « Gendarmes » au « Corniaud » si appréciés aujourd’hui encore, aux sourires malicieux et silencieux d’un Tati (« Les vacances de M. Hulot ») sans oublier les élégants récits de Michel Deville avec « Benjamin » ou « La Lectrice » si délicate…

 

Même diversité dans le « polar » suscitant l’effroi des spectateurs devant l’ambition criminelle d’un « Scarface » 1932, la froideur d’un tueur solitaire (« Le Samouraï »), on peut trembler ! L’horreur nous saisit tout autant face au portrait d’un policier corrompu et crapuleux proposé par Orson Welles (« La soif du mal », 1957) ou celui d’un inspecteur maladivement obsédé par la mise en place par lui-même … d’un flagrant délit.

 

A travers les huit films ici retenus, cette variété dans les propos et le style nous permettra d’opposer la légèreté des comédies à la française à la violence peu contenue des thrillers américains.

 

Pour avoir accès au ciné-club, il est obligatoire d’être inscrit au Centre Cormier pour 70 €. L’inscription annuelle (année académique) donne droit à toutes les projections et tous les cours sans exception. 

Les personnes ne souhaitant pas s’inscrire devront s’acquitter d’un paiement de 15€ pour chaque projection.

 

Avant chaque séance de cinéma, un petit groupe ( 8 personnes maximum) partage le déjeuner avec André Baldous. Vous pouvez vous inscrire en envoyant un mail, au moins une semaine avant, à andre.cineclub@orange.fr

Le jeudi 12/11/2020 de 14h00 à 17h00.