Littérature et cinéma – Des trains étroitement surveillés, Jiri Menzel (1966), œuvre adaptée du livre de Bohumil Hrabal. André Baldous, Professeur Emérite de la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence

22 mars 2018 à 14 h 00

6- Ciné-Club

Avec la collaboration du Professeur André Baldous, Professeur Emérite de la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence, le Centre Cormier vous invite à découvrir la littérature et le cinéma. Au programme, des projections commentées et des discussions sur les films et les sujets évoqués.
Nous envisagerons, cette année, la question-classique-de l’adaptation à l’écran d’œuvres littéraires (romans, récits, pièces de théâtre).

En théorie, une telle transposition devrait pouvoir permettre aux cinéastes, vis-à-vis de l’œuvre adaptée, trois attitudes différentes :
- une fidélité avouée au texte littéraire
- une liberté assumée de modifier, ici ou là, l’œuvre littéraire (qui peut être ancienne ou de langue étrangère) dans sa lettre et éventuellement, dans son esprit.
- Une volonté délibérée mais plus rare de s’affranchir du texte écrit tout en ignorant jusqu’à l’esprit…

Peut-on retenir qu’en véritable artiste, le cinéaste détient toute légitimité dans son choix entre ces trois options ? Et quelle sera alors la réponse (sentimentale, esthétique, voire idéologique) du spectateur cinéphile ? Satisfaction, réserve, déception, par rapport à ce qu’il savait (ou croyait savoir), à ce qu’il appréciait ou aimait de l’œuvre littéraire ?

Encore faut-il qu’il ait lu celle-ci précédemment à sa vision transposée à l’écran. Dans le cas contraire, le film sera-t-il le déclic à une tardive découverte (appréciée ou non) du roman ou de la pièce de théâtre ?

Nous aurons à les connaître à travers l’adaptation proposée par huit cinéastes importants de huit œuvres littéraires des plus classiques.