HISTOIRE DU CHRISTIANISME : LES PREMIERS SIECLES – Naissance, développement et triomphe du christianisme (2/8) Claire Reggio, Enseignante à l’Institut Catholique de la Méditerranée et à l’Université d’Aix-Marseille.

2 décembre 2014 à 17 h 30

1- Cours

Les 25 novembre, 2 et 9 décembre, 6 et 20 janvier, 3 et 17 février, 17 mars de 17h30 à 19h00.


Reposant sur l’enseignement et sur la personne de Jésus de Nazareth, le christianisme s’est développé, non sans heurts, au cours des premiers siècles de notre ère en tant que religion distincte de celle des juifs de l’antiquité. Très vite, son expansion a été considérable. Religion étrangère, fondamentalement opposée au culte civique et sacrificiel qui caractérisait alors la religion païenne, le christianisme dérange les autorités romaines et est persécuté. La conversion de l’empereur Constantin Ier met fin aux persécutions au début du IVe siècle de notre ère. Désormais, le christianisme devient la religion de l’Empire et sert à justifier un ordre politique autoritaire qui s’exerce au nom de Dieu.

Durant les siècles qui suivent, les chrétiens organisent l’Église en suivant le modèle administratif de l’Empire et veillent à définir l’orthodoxie concile après concile. Cet effort d’élaboration de la doctrine chrétienne ne va pas sans divisions, ni conflits. Outre les conflits de primauté qui opposent les patriarches, les querelles dogmatiques sont nombreuses et aboutissent, déjà, à de premiers schismes. Fuyant ce monde de luttes intestines, des ermites s’enfoncent dans le désert (d’Égypte, de Cappadoce) et inventent une nouvelle façon de vivre l’idéal évangélique : le monachisme. La diffusion de ce mode de vie contribue, dans les siècles qui suivent, à ancrer profondément le christianisme dans toutes les anciennes provinces de l’Empire romain que les barbares ont envahies et même au-delà.

De ce point de vue, les premiers siècles de notre ère sont une période essentielle : ils correspondent à la naissance de cette civilisation sans laquelle l’Occident médiéval ne saurait être pensé : la chrétienté.