Homélie pour la fête du bienheureux fr. Hyacinthe-Marie Cormier le 22 mai au couvent Saint-Lazare de Marseille

21 mai 2014 à 0 h 13

Actualités

Considérant les fruits apostoliques  apportés par le bienheureux fr. Hyacinthe-Marie pour l’Eglise et pour l’Ordre des Prêcheurs on ne peut qu’être admiratif et admirer la manifestation de la grâce du Seigneur. Grâce à lui, nous pouvons célébrer la messe d’aujourd’hui dans cette Eglise. Dans un temps tourmenté, il réussit avec ses frères à construire ce couvent de Marseille et à gouverner l’Ordre avec succès. Il a vécu dans ce couvent. Il a célébré la messe dans cette Eglise et entendu des confessions. Il a été un père pour ses frères et un accompagnateur pour de nombreux fidèles. Il était un véritable saint Dominique de son temps.

Dans une lettre du 24 avril 1909 à Mademoiselle Eléonore Fascio, la Fondatrice de l’Institut des Servantes de Jésus Hostie à Marseille – un Institut qui n’existe plus aujourd’hui – il donne deux conseils pour une vie apostolique à la suite du Christ, sur lesquels était fondée sa propre vie de Prêcheurs :

« Premièrement : L’humilité. – Soyez cachée. (…). Deuxièmement : Il faut, sans être mondain[e], plaire aux gens du monde, tant ils trouveront que vous vous mettez bien à leur portée (…). Voyez Saint Philippe de Néri se pliant même à raconter des farces ou à en faire pour qu’ensuite, grâce à sa bonne humeur, on l’abordât volontiers quand il s’agissait des intérêts de l’âme. – Combien est agréable à Dieu cette sainte liberté, dont Notre Seigneur a été le premier modèle ».

Fr. Albert-Henri Kühlem O.P.