Transeamus usque Betlehem …

24 décembre 2011 à 0 h 00

Actualités

Photo@Martin.Hallbert

Chers amis,

Jusqu’à nos jours, la fête de Noël n’a jamais perdu son actualité, son attirance. Qu’on croit en la naissance du Christ ou non, qu’on sache ou qu’on ne sache pas pourquoi on fête Noël, le jour de Noël n’a jamais perdu son charme mystérieux, charme qui séduit même les cœurs les plus endurcis. Chaque année pendant la nuit de Noël l’ange du Seigneur nous annonce la nativité du Christ : « Soyez sans crainte car voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple : aujourd’hui est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur , dans la ville de David ». Et comme les bergers la première fois il y a plus que 2000 ans, nous aussi nous allons visiter Jésus dans la crèche, même si ce n’est que par une simple pensée.

Mais comment expliquer cette mystérieuse attirance vers la crèche pendant cette nuit sainte, qui n’est jamais comme les autres nuits de l’année ?

Peut-être sommes nous plus sentimental en cette nuit, parce que nous sommes à la maison, chez ses parents, nous souvenons nous des Noëls passés, peut-être aussi avons nous reçu de beaux cadeaux, peut-être tout simplement sommes nous en paix avec nous-mêmes et le monde.

Mais il y a encore une explication plus fondamentale pour comprendre notre attachement mystérieux à la nuit de Noël. Cette nuit touche le cœur des tous les hommes, parce qu’il existe une certaine affinité entre le Verbe de Dieu qui se fait chair et nous : Dieu se fait homme, pour que nous devenions Dieu ? Non bien-sûr, pour retomber dans la même tentation et le même péché d’Adam et Eve au Paradis ? non, mais pour que nous puissions Lui ressembler, devenir un autre Christ, devenir parfait comme notre Père au Ciel est parfait, autrement dit, pour que nous puissions devenir entièrement heureux et goûter à la liberté qui ne se trouve que dans le Christ, car Lui est le chemin , la vérité et la vie.

Jésus est devenu homme pour nous sauver du péché d’Adam. Il n’a pas hésité à devenir Adam pour que nous soyons renouveler en Lui. C’est pourquoi, pendant la nuit de Noël, nous sentons tous ce besoin d’être sauvés et renouvelés par le Christ, que nous acceptions le Christ ou non. Mais si nous ne fermons pas notre cœur, nous nous réjouirons tous sans exception de la nativité du Christ comme jadis les rois mages « d’une très grande joie », car notre Sauveur est enfin né. Jésus est plus proche de nous que nous ne pouvons l’imaginer. Jésus est venu dans le monde, pas pour lier, contrarier, ou pour diminuer notre liberté, non, il est venu pour que nous soyons de plus en plus proches de lui, jusqu’à ce que nous entrions un jour dans le Royaume des Cieux, le Bethlehem céleste. Comme les bergers, à l’annonce des saints anges de la nuit de Noël « allons donc jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé et que le Seigneur nous a fait connaître. »

Sainte et paisible fête de Noël …

Fr. Albert-Henri Kühlem O.P.